Un mois avant le départ

by Hiel

Comment je vais, un mois avant la date butoir, avant de rendre les clés de notre maison? Eh bien, c’est comme la vie, pas très tranquille mais on s’adapte.

Déjà, l’opération de Lissandre hier matin (ablation des amygdales) m’a pris toutes mes capacités intellectuelles et mon énergie pour pouvoir m’inquiéter comme toute maman stressée qui se respecte. Opération faite, il va bien, même si pour lui c’est particulièrement douloureux. Je n’ai pas respiré comme il faut durant deux jours entiers, et j’ai même réussi à faire un malaise dans la salle de réveil^^. Ha bah, on ne me ref’ra pas, je suis comme ça : les émotions, le stress, le voir allongé dans ce grand brancard, ses petits yeux qui me regardaient mais qui ne comprenaient rien, c’en était trop pour moi. Impuissante face à sa douleur, j’essayais tant bien que mal de le rassurer et me rassurer moi-même (ils n’ont rien laissé comme outil dans sa gorge au moins???^^)

J’étais là, tranquille, je le caressais doucement pour lui dire “T’inquiète pas, Maman est là…” jusqu’au moment où y’a plus eu de maman mais une vieille qui perdait connaissance, ne tenant plus ses guiboles et qui tentait de s’accrocher au barreaux du brancard. J’ai senti qu’on m’allongeait,  me parlait (j’ai évité de justesse la claque…) et me suis retrouvée dans un brancard à côté de mon garçon, et Christophe qui du coup, gérait les deux brancards en se foutant de ma gueule… Bon, oui, oh, ça va, hein, ça a duré à peine 4 minutes, ça allait mieux après…

On est rentrés dans la chambre et j’ai guetté chaque soupir, chaque avalement de salive pour anticiper du sang qui coulerait (ah oui, moi, j’pense au pire…)

Les heures qui passent tentent de me rassurer un peu, et j’essaie tant bien que mal de respirer à nouveau normalement et de regarder ailleurs que sa bouche pour vérifier que rien n’en coule. Christophe est resté hier soir dormir à la clinique avec lui. Et je préfère. Je sais de toute évidence que d’avoir quelqu’un de stressé à côté de Lissandre ne l’aurait pas aidé. Moi, de mon côté, ne pas le sentir près de moi me faisait mal mais c’était à moi de gérer ça, je ne voulais pas en rajouter à sa douleur physique. J’ai récupéré mon p’tit bonhomme ce matin, ouf, il est là, ronchon bien comme il faut, prenant ses airs d’enfant roi et réclamant selon son humeur soit une purée à 15h, ou sa tablette pendant 2 heures… Il va bien vite comprendre que ça s’arrêtera une fois qu’il sera rétablit mais pour le moment, je profite de lui, de le voir avaler sa salive sans hurler la mort et bénissant toutes les blouses blanches croisées durant deux jours qui auront contribuées à ce qu’il aille mieux (ou en tout cas pas plus mal^^)

Voilà, maintenant, on peut penser recherche de maisons/apparts, on peut enfin se projeter dans le voyage: je commence à me faire à l’idée qu’on va réellement partir (je suis pas une rapide, moi…) et je ne sais pas trop comment je vais gérer émotionnellement le départ.

Pour le moment, je veille encore avec prudence sur la santé de mon petit et guette timidement les annonces de locations portugaises en me promettant que dès lundi, je serai vraiment opérationnelle (et surtout bien plus rassurée) pour pouvoir prévoir et chercher activement une location future.

J’avoue ne pas avoir eu le temps d’aller voir grand monde durant ces dernières semaines. Seule l’anniversaire d’une copine à Léna nous a permis de retourner sur Nantes et m’a offert l’occasion de voir quelques amis, mais si rapidement que je n’ai pas eu le temps de profiter de chacun d’eux comme je l’aurai voulu. Ces dernières semaines – notamment les vacances – ont été surtout l’occasion de recevoir les familles chez nous, une dernière fois, avant d’être plus loin. Profiter, quelques jours, quand c’est encore “facile”. Après, forcément, ce sera plus dur de venir nous voir, c’est évident. Les enfants ont profité de leurs mamounes/mamie, papoune/papy. Ils ont beau savoir que nous partons bientôt, si déjà moi j’ai du mal à le réaliser pleinement, je ne suis pas sûre que, eux, l’aient bien intégré. Mais bon, en tout cas pour Christophe et moi, nous avons fait un petit plein de famille proche et cela fait déjà du bien.

Les semaines à venir seront donc davantage axées sur les préparatifs concrets : la vente et déménagement des meubles, le côté administratif (passeports, sécu etc), les objets importants à acheter (pharmacie…) et la logistique pure et dure (caler les rdv les uns après les autres, organiser chaque jour méthodiquement. Bref, je sens que ce dernier mois va être bien sympa… ^^ Et sans stress aucun bien évidemment 🙂

Voilà pour ce J-30.

A très vite.

1 comment
0

You may also like