Nos enfants

ON M’APPELLE DOUDOU-SEIN

Par le 28 août 2018

Cet article n’a pour but de convaincre de futures mères sur les bienfaits de l’allaitement, ni de les rebuter. Ces lignes sont nées il y a quelques nuits de cela, entre 3h56 et 4h42. Ce fut un long accouchement, oui, mais j’avoue qu’écrire la nuit ne m’a pas aidé pas à garder les idées claires.

Non mais c’est quoi ce délire?

-”Non non, on ne m’avait pas prévenue…Oui, un troisième enfant… Pourquoi, j’ai fait quelque chose de mal?…Oui, je l’allaite… Ha bon, c’est pour ça?…C’était pas le pack “Allaitement bonheur” que j’avais pris à sa naissance?… Non?…Ha bon, je croyais.

Parce que, en fait, il me réveille quasiment toutes les heures, la nuit. C’est normal?…Mais il ne mange pas, hein, c’est juste pour se rendormir, en fait… Si ça m’embête? Bah quand il me réveille 10 à 15 fois par nuit juste pour avoir le sein dans la bouche, comment dire… un peu, quoi…Disons que très légèrement, ça me réveille, en fait…Donc c’est normal! Ha bon… Il a 10 mois, quand même, plus 15 jours…

Parcque ma première dormait à ses 2 mois toute la nuit, mon deuxième à 7 mois mais ne me réveillait même pas pour téter mais juste pour un câlin de rassurance.
Bon, bon…J’espérais bêtement que le troisième ferait pareil, à quelques semaines près, hein, chacun son rythme.

Ma position préférée pour dormir, celle que je prends depuis que je suis gamine, c’est sur le ventre… J’ai essayé d’allaiter sur le ventre, c’est pas facile…^^”

Voilà. Rétablissement direct de la vérité sur l’allaitement…

Minuit, déjà 2ème réveil depuis que je suis couchée

Car oui, un bébé allaité, et d’autant plus qu’il est allaité longtemps, tète aussi la nuit. Il s’en fou de ce qu’on peut lui mettre en substitution. Avec Jona, le mouchoir avec l’odeur, le câlin, la voix douce, la berceuse, ou la marseillaise, rien a faire! Lui, ce qu’il veut, c’est mon sein! Et juste mon sein. Je suis son doudou. Appelez-moi doudou-sein! Tout le reste est un plus, j’ai le droit à des sourires si en plus je chante ou lui parle psycho à 1h du mat, mais la base, le forfait minimum, c’est de téter. Et la nuit, clairement, ce n’est pas pour se nourrir, c’est pour se rendormir…Une nuit avec 4 ou 5 réveils, honnêtement, ça va. Certes, la nuit est un peu hachée, mais ça va encore. Non, avec Jona, c’est bien plus que ça. Bien sûr qu’il se rendort toujours facilement, mais moi, pas! 10 mois que mon dos souffre de cette même posture qui n’est pas mienne. 10 mois de nuits coupées, soupirées, longues ou courtes selon si je parle du nombre de réveils ou d’heures de sommeil réparateur. 10 mois que je n’ai plus le temps de rêver ou que je ne connais pas la fin des rares auxquels j’ai droit .

Et quand bien même il dort, je me fais aussi réveiller par des p’tits coups de pied en pleine figure, ou dans le ventre, cela dépend comment Monsieur se positionne. Je sais en fonction des coups reçus où est la têtête…Bah, oui , forcément, j’ai aussi la question du “Pourquoi tu ne le mets pas dans son lit?”

En général, il s’endort comme sur la photo…Mais je le retrouve toujours à l’envers le matin 🙂

Eh bien, tout simplement parce qu’au bout de la 4ème ou 5ème fois à se lever, se pencher, prendre dans les bras, se remettre au lit, donner un peu le sein, attendre que bébé se rendorme, se relever, se repencher et se recoucher, eh bien…On opte pour la solution miracle qui va bien à tout le monde: le co-dodo.

Ou comment faire en sorte que chacun puisse dormir un peu, le plus sereinement possible, en y trouvant son compte: un peu de sommeil, câlins et tétées sur demande, coups de pieds ou coude à volonté, mais le tout dans la bonne humeur (d’humeur fatiguée, certes mais bonne quand même), et c’est bien ça qui compte )
Alors, je lisais justement un article qui préconisait de parler à son bébé. Oh, bah, ça, on le fait, hein, tous les jours, même, on ne fait que ça. Mais en exprimant ce qu’on ressent, lui dire que maintenant qu’il grandissait, il pouvait réussir à se rendormir seul sans forcément téter à chaque fois, que je suis fatiguée. Jona, lui, me rit au nez si je lui parle ne serait-ce que d’une nuit plus cool, dans mes bras, en tétant moins. Il me regarde avec ses yeux rieurs, et il me lance du regard un “même pas cap” que je me dois bien d’admettre.
C’est dommage, en journée, c’est tellement bien. Tellement agréable, réconfortant, addictif presque.
J’adore l’allaiter en journée, franchement. Et vous n’avez qu’à le regarder pour comprendre que lui aussi

A la piscine, ou dans la rue, c’est vraiment facile de pouvoir apporter réconfort et apaisement à son bébé à tout instant

En voyage c’est pratique : entre deux voitures, en montagnes, en pleine rue ou dans un café, assise, debout, peu importe. Cachée ou non, tétée express ou tétée câlin, tétée d’ennui ou tétée qui console, tétée qui endort ou tétée goulue. Bref, en journée, ce que m’apporte l’allaitement, c’est juste un bébé qui ne pleure jamais, qui rit tout le temps, qui a confiance et qui va explorer le monde tranquillement, sans crainte, parcqu’il sait que je suis là. C’est un bébé qui va dans les bras des autres sans peur et qui n’a pas connu celle de séparation des 8/9 mois, ou en tout cas qu’il a traversée aussi vite que Flash MacQueen, parce qu’il sait que séparation il n’y aura pas.
Je ne vais pas vous la faire, allaiter, c’est super pour l’enfant, tout le monde est d’accord là-dessus. Mais il faut le dire, malgré tous les avantages, ce sont aussi énormément de contraintes.

Allaiter, c’est aussi un peu s’oublier.

Jona s’en fiche que j’ai mal au dos la nuit. Lui, il a juste son p’tit radar qui lui signale une activité anormale du nichon convoité “Attention, zone de contrôle, le nichon est détecté à plus de 30cm de la zone autorisée, je répète, le nichon sort de sa zone autorisée”. Bref, autant vous dire qu’en général, dès que j’ai réussi à tourner le dos, que je me suis bien positionnée et que j’expire de soulagement en prévoyant une petite demi-heure de repos bien méritée, y’a comme un râlement derrière ma nuque qui me rappelle à l’ordre IM-MEDIATEMENT et qui m’oblige par sa seule force psychologique à me remettre dans la position initiale.
Vraiment, très sincèrement, je ne trouve pas juste de donner ce qu’il y a de mieux pour mon enfant et que ce soit plus difficile que si je lui donnais un biberon de lait Nestlé. Ils mettent quoi comme drogue, dedans, que je n’ai pas dans mon lait, pour que lui, ne dorme pas 10 heures d’affilée? C’est quoi le truc? Franchement, ça a le don de m’agacer…

Dur dur souvent de trouver l’énergie et affronter une journée pour ses grands quand les nuits sont quasiment toutes difficiles

Mais bon, en toute honnêteté, je ne peux pas dire que je sois à plaindre. J’ai cette chance de pouvoir le lendemain, faire une sieste de 15 minutes, et ça repart. J’ai cette chance de n’avoir que mes enfants, le voyage et l’intendance à gérer, et non à pointer chaque matin en regardant ma montre.
J’admire ces femmes qui continuent d’allaiter en ayant un travail à l’extérieur, en supportant ces nuits complètement anarchiques, dévouées à leurs bambins, sur des mois durant.

Voilà, comment, à 4h42, je pense à toutes ces battantes, ces reines de guerre infantiles, qui mènent leur combat de mam’allaitantes en silence, la nuit durant, et qui sont peut-être comme moi, à cette heure-ci, à faire leur repassage ou écrire un article… en attendant de retourner se coucher lorsque le sommeil les rattrapera enfin…

Aux autres, je leur souhaite de bonnes nuits Qu’elles profitent pour moi!

A très vite!

 

TAGS
RELATED POSTS
AgoTrip
Actuellement en Bulgarie

Catégories