Instruction En Famille

by Hiel

L’instruction En Famille, nous y sommes arrivés un peu par hasard.
Nous sommes partis en voyage en 2016, et forcément, nous nous sommes soumis à une instruction différente que celle que nous connaissions (la classique en classe en école normale).

Nous avons essayé la continuité de l’école classique, dans une vie différente, en mode voyage naissant, mais nous n’avons pas réussi à trouver nos marques, nos repères, nos intérêts. Léna, du haut de ses 4 ans nous a amenés à nous interroger sur notre façon de l’instruire, elle et son frère. 
De là est né le unschooling.

Mettre du sens dans les apprentissages de nos enfants, écouter leurs envies, leurs curiosités, et aller dans leur sens, approfondissant chaque sujet, est devenu une évidence. Tout a été nouveau pour nous, mais nous avons, je le crois vraiment, appris tout autant qu’eux à travers leurs envies et leurs cheminements.

Depuis, nous nous adaptons. Nous sommes convaincus, pour l’avoir vécu et expérimenté, vous le verrez dans nos articles et vidéos, que les enfants apprennent bien mieux en expérimentant et en étant passionné que contraint à mémoriser sur une chaise d’école des règles de maths ou français, sans même en voir l’intérêt.

Nous avons laissé nos enfants nous guider. Nous avons dessiné l’art rupestre en pleine rue, appris à lire dans une cabane en bois, testé notre motricité sur des plages désertes, compter des coquillages de toute taille, appris la faune et la flore à travers nos randonnées, et peint le système solaire en plein salon en Grèce. 

Bref, vous le verrez dans nos vidéos, en 5 ans, Léna, Lissandre et maintenant Jona ont beaucoup appris, découvert, seuls et accompagnés, en gardant le plaisir de jouer et apprendre.


Quel est le meilleur moyen de répondre aux questions des enfants? Nous, on a opté pour l’expérience. Faire soi-même, incontestablement, ancre les apprentissages.

Tout simplement car il y a de l’émotion dans ces moments de partage. Ici, peindre le système solaire. 

L’expérience et le voyage aident aussi à mémoriser nos paroles. Lorsque nous parlons de l’histoire du pays que nous traversons (ici en Roumanie, sujet sur la pauvreté et l’accès à l’eau), les enfants se souviennent non du contenu de nos paroles mais surtout de ce qu’ils ont fait en Roumanie (remonter l’eau du puits). Ils garderont l’association des explications avec leur vécu.


Le unschooling, c’est aussi leur permettre de tester de nouvelles activités dont ils ont envie, de voir si une passion naît ici ou là. C’est leur donner du temps pour s’adonner à de nouvelles expériences.

La musique, le sport font partie intégrante de leur vie. Ils testent, essaient de s’améliorer ou passent à autre chose s’ils ne veulent pas continuer. 
Ici, Lissandre au piano en Bulgarie.

Quoi de mieux que de toucher à tout pour comprendre? 

Sur cette photo à gauche, démonter un ancien ordinateur permet de faire comprendre l’informatique, et les composants électroniques.

 Première leçon d’électronique, en Roumanie.

Jouer permet d’apprendre, c’est une chose dont je suis sûre aujourd’hui.

Laisser nos enfants jouer au maximum, toucher, expérimenter, est essentiel à leur construction et leurs apprentissages autonomes.

Jona appréhende quand il le souhaite les chiffres et les lettres, et en jouant, il apprend à les discerner, repérer et les différencier. 

« La vie, c’est dehors que ça se passe. » Cette phrase, on me l’a répétée tant de fois quand j’étais agoraphobe.
Elle prend tout son sens aujourd’hui. La nature, les balades, font partie chaque jour de notre voyage. J’ai compris à quel point être dehors faisait du bien au mental, et combien on comprenait bien mieux les choses dans des conditions réelles. Croiser une fourmilière est donc une opportunité simple pour expliquer la vie des fourmis, grandeur nature.

Le voyage permet aux enfants de s’interroger sur la géographie. « La France, elle est loin? Elle est où Mamie par rapport à nous? » 
Ce sont d’ excellentes questions qui permettent d’approfondir un sujet, de le « travailler » en dessin ou en balade virtuelle sur Google Map. 
Tout support est excellent, tant que les enfants soient curieux et intéressés par le sujet et les réponses trouvées.
Ici, nous avons colorié les pays que nous avons traversés pour aborder l’Europe.

Les maths, la géométrie en particulier, est une notion difficile à aborder si aucune question ne se pose sur le sujet. Et honnêtement, aucun enfant ne m’a demandé à quel angle s’ouvrait la porte d’entrée…

Par contre, donner des instruments de géométrie à nos enfants, et ils ont de suite eu envie de comprendre leur fonction, de savoir calculer un angle et de mesurer