Portugal Travailler en voyageant Visite

Vlog 42 – Derniers moments à Esposende

Par le 7 juillet 2016

Il faut s’y faire, ça va devenir une rengaine dont je vais devoir m’habituer…

Le frigo se vide, on compte les pots de yaourts pour arriver pile à Zéro au jour J, idem pour chaque conserve ou poignées de pâtes…Tout un art!

Ca sent la fin ici, le départ vers autre chose, et ce mal de bide qui revient un peu. Non, je ne quitte personne cette fois-ci, pourquoi j’aurai mal au ventre?

On dirait une gosse le premier jour de classe, toute flipette devant les nouveaux couloirs à arpenter et ces nouveaux visages à adopter…

Vendredi, direction Pombal. Sur ce coup-là, le trajet ne m’inquiète pas du tout, il y a 2h de route pour y arriver, aucune montagne à traverser et je sais que ce sera juste une promenade de santé. Non, c’est pas ça qui m’inquiète. Ce qui m’inquiète, moi, l’ago que je reste, c’est ce que je vais trouver là-bas. Comment est la maison? L’environnement est-il sympa? Y’a-t-il du monde ou est-ce vraiment la campagne. J’ai vu quelques photos de la maison, mais finalement assez peu, et horreur, je ne peux pas regarder sur Google Street View l’environnement, je pense que c’est trop paumé…Donc bon, je ne me fie plus aux seules photos (j’ai un bien mauvais souvenir de notre superbe petite maison à Llanes en Espagne, en haut de la montagne…) Donc on va dire “Carpe Diem “ et…”pu— mer–, j’ai peuuuuuurrrrr”…

Halala, cette satané anticipation

Ce qui est difficile pour moi, c’est que déjà, j’ai l’impression de prendre sur moi, de gérer ces nouveaux éléments extérieurs, plus ou moins avec facilité, en essayant de m’adapter.

Je gère, je gère, et une fois que j’ai bien réussi à prendre mes marques, que j’ai relativisé tout danger (c’est bon, y’a ça comme endroit s’il arrive quelque chose à mes enfants…) eh bien il faut repartir…vers l’inconnu.

Oui quand je me retourne, y’a plus de contentement que de regret, mais bon, c’est pas si facile que ça de prendre ses marques partout. Peut-être qu’à un moment, je n’aurai plus besoin de les prendre, que seul mon corps qui respire tranquillement me suffira à me sentir bien où que je sois. Mais pour le moment, ce n’est pas le cas. Je ne suis pas encore sereine, je le sens bien, et il faut que je travaille sur ça!

Avant ce départ, je vous propose nos derniers moments sur Esposende, avec ce petit aperçu de la ville.

Merci Esposende, Merci Anna de nous avoir permis de rester un mois ici, et Merci petit Jésus pour toutes les rencontres sympas d’ici!!!

A très vite

TAGS
RELATED POSTS
AgoTrip
Au Portugal

Catégories