Nomadisme Portugal

► 243 [VLOG] : RETOUR AU PORTUGAL : OBJECTIF VILLAGE NOMADE◄

Par le 9 janvier 2021

Cette première vidéo de l’année pour résumer les semaines écoulées.
Après Noël, c’était le départ vers un nouvel horizon.

Enfin, nouveau, pas vraiment puisque nous repartons au Portugal. Pourquoi? Je vous explique pourquoi ici, au Portugal, et ce qui va changer dans ce voyage cette année!

Le Village Nomade, pour…


LIRE

View more
Nomadisme Portugal Projet

2021 : CE QU’ON GARDE, CE QUI VA CHANGER !

Par le 7 janvier 2021

Je me souviens, en décembre 2019, lorsque nous étions tous les cinq autour de la table, dans ce petit gîte coloré près de Nantes, nous étions chacun gonflé d’espoir, de rêves et d’ambitions.
Un à un, nous avons écrit nos souhaits pour 2020. Rentrant juste de Croatie, nous avions des envies bien différentes de ce que nous avions déjà expérimenté durant nos 4 ans de voyage

Lissandre à gauche, Léna à droite

Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il nous faudrait trouver un lieu plus longtemps pour pouvoir créer de vraies amitiés, pour les enfants comme pour nous. Début Janvier 2020, nos yeux pétillants et le moral ajusté à la hauteur de nos espérances, nous sommes partis en voiture, comme d’habitude bien remplie, jusqu’au Portugal. Un mois en Alentejo à côté d’une ferme, entre arbres de liège, des moutons et une vue inspirante pour travailler.

C’était un super mois, mais nous étions encore tout seuls!

Cette vue! A côté des animaux...

Aucun voisin, aucune rencontre. Ce n’était pas grave puisque nous avions tout prévu, une année sédentaire dans un bel endroit, dans une belle maison, avec plein de loisirs, d’activités dans des associations et des dizaines de rencontres qui se profileraient et combleraient les manques des enfants !

Dès Février, on emménageait dans cette superbe maison typique portugaise, avec deux petites chattes comme animaux de compagnie, un Thermomix pour mes essais culinaires et des sentiers côtiers splendides. Nos rêves allaient prendre forme.

Notre maison au Portugal, spacieuse, confortable et si jolie

Puis bam, premier confinement!

Léna avait trouvé un club de gymnastique où s’inscrire, Lissandre projetait de faire du foot ou de la gym aussi. A l’eau !
Bon, ça n’allait peut-être pas durer…

Vous connaissez la suite : ça a duré, tout s’est fermé, et tous nos projets se sont évanouis. Les éventuels copains, ce serait pour plus tard. Heureusement, nous étions près de la mer, et avons pu sortir aisément sans restrictions.

Nous avons goûté au jardinage, et avons continué de nous promener le plus souvent possible, cueillant les fleurs du coin pour en chercher le nom plus tard, faire des chasses au trésor en pleine nature. Nous avons donc bien profité de ces mois printaniers pour nous ressourcer ensemble, apprendre de nous 5 toujours un peu plus, et travailler nos projets perso.

 

 

Nos sentiers derrière la maison

Mais quand bien même, notre objectif principal de nouer des relations amicales pour que les enfants y trouvent leur compte en était au point mort. Heureusement, en Mai, nous avons sympathisé avec une autre famille française avec deux jeunes garçons, et les moments partagés ont été appréciés et vécus à fond ! Visiter ensemble un lieu, passer du temps à refaire le monde sur une plage déserte pendant que les enfants jouent ensemble, clairement, ça manquait à notre voyage.

 

 

Eté 2020, nous sommes partis deux mois en camping, l’endroit de l’amitié par excellence, ou partager un verre avec son voisin est naturel, et faire des rencontres sur le bord de la piscine facile. 

 

Deux mois chauds dans le Sud Portugal, deux mois de travail, de soleil, de piscine, de runs pour moi.

Deux mois de camping à Orbitur

Puis fin Août, nous sommes rentrés en urgence pour être près de ma Maman qui est hospitalisée d’urgence. Nos plans à l’eau, on a cherché à nous loger. In extremis, on a trouvé un gîte dans un vignoble. Ce n’était pas le gîte le plus grand que nous ayons eu, ni le plus fonctionnel, mais il y avait une ambiance géniale, de partage et d’amitié. Les enfants ont vécu les vendanges, comptant sous nos fenêtres les allers-retours des camions remplis de raisins. Ils ont pu visiter les caves, le pressoir, et comprendre le travail de chacun dans cette entreprise familiale. Régulièrement, Christophe allait goûter les crus de rouge, blanc ou rosé, du Merlot au Pineau. Les enfants jouaient avec la petite voisine Elina dès qu’elle rentrait de l’école. On a jonglé entre l’hôpital et les plaisirs simples de la vie dans les vignes. C’est avec un pincement au cœur que nous avons quitté cette petite fille, ainsi que toute sa famille. Nous sommes partis du côté de la famille à Christophe près de Chartres.

Nous le sentions venir, ce deuxième confinement.

Novembre. Pas manqué ! Nous avons eu le nez fin en louant un gîte que nous avions déjà pris l’année précédente, au fin fond de la campagne chartraine. Pour le coup, deuxième retranchement sur nous 5. Heureusement, le gîte était super confortable. Christophe et moi pouvions travailler comme nous le souhaitions, je pouvais courir sans me préoccuper du confinement puisque nous étions dans un lieu isolé.

Les forêts nous entouraient, on a pu observer les biches et daims le soir venu, des centaines de lièvres filer devant nos baies vitrées. Des dizaines d’espèces d’oiseaux ont été repérées, les matins au petit-déjeuner, lorsque nous laissions quelques graines devant nos fenêtres.

Ce fut un mois et demi de confinement studieux, entre unschooling mais aussi un essai d’instruction formelle pour les enfants. Chaque matin, c’était la course pour moi et Léna pour arriver à l’heure à l’école virtuelle que nous nous étions inventée. Je crois quand même que Léna était pire que moi (si si, les cheveux ébouriffés en commençant le cours d’anglais, et la brosse à cheveux encore dans les mains, c’est un signe^^)

L"instruction en famille
Le froid s'invite, le froid aussi!

Décembre. Il fila à une sacrée vitesse, celui-là ! Le froid s’est installé doucement, sournoisement même, me laissant de courtes envies de running, la goutte au nez, les doigts gelés. Dernier mois de l’année. Il m’aura laissé un goût neutre, entre magie de Noël, et mauvaises nouvelles.

Entre les deux fêtes de fin d’année, je me suis allongée un soir dans le lit des enfants, et je me suis excusée. Car 2020 aura été bien loin de ce qu’on leur avait promis. Ils m’ont répondu que ce n’était pas de notre faute (et je leur ai dit qu’en effet, leur maman était parfaite, qu’ils avaient raison là-dessus) (#humourjeprécisehumour), que c’était à cause du Covid (et un peu de Mamie, j’ai rajouté^^).
On a fait ce qu’on a pu, c’est vrai, mais c’est aussi par notre choix de vie, nous, adultes, que nos enfants ont eu ce manque de copains. Sûrement si nous avions été sédentaires n’auraient-ils jamais eu ce besoin intense d’amis près d’eux puisqu’ils en auraient à l’école ou dans les activités sportives qu’ils pratiqueraient depuis quelques années…

Peut-être pouvons-nous mieux faire… ?
Redevenir sédentaires ?

Honnêtement, rester au même endroit, voir les mêmes gens, même si je les aime profondément, je me perds un peu. Je sens que je manque de quelque chose. D’ouverture, d’apprentissage, d’émerveillement, de punch dans ma routine. J’aime cette vie faite de découverte. Changer d’environnement, c’est m’adapter, apprendre, m’obliger à avancer. C’est découvrir avec les enfants, sur le milieu, les façons de vivre, la nature alentour. J’aime cette vie où je ne m’enlise pas. On aime cette liberté d’aller là où on le veut, selon nos envies. C’est la vie qu’on s’est construite et on l’adore comme cela. Donc cette base, en 2021, on veut la garder.

 Mais dans l’autre sens, si les enfants ne vont pas bien, nous ne serions pas totalement heureux non plus.

Départ en 2021!

Il nous faut trouver l’équilibre, entre voyages et stabilité relationnelle. Comment faire ?

A plusieurs reprises, nous avons rencontré des familles nomades. Toujours dans cet élan de partage, de valeurs qui se ressemblent, d’aspirations semblables, nous nous sommes dit que nous nous retrouverions, que ce serait bien de le faire plus et plus longtemps.

Et c’est là que tout va changer.

En 2021, nous allons tenter de concilier le voyage et l’amitié.

Sur une idée complètement farfelue de Valérie de @matribuenvadrouille, nous avons réfléchi, cherché, discuté sur un concept nouveau : celui de voyager en famille et entre familles. Lorsque j’ai reçu ce message en Novembre 2020, Christophe et moi, on s’est dit : « Sur papier, c’est génial, mais concrètement, comment on fait ? » Après deux mois de discussions avec 4 autres familles nomades, nous avons organisé le voyage.

Nous avons opté pour le nom du « Village Nomade ». L’idée de base est de voyager ensemble, chaque famille gardant son logement. A tout moment, nous pourrons nous rejoindre dans des lieux communs pour partager, manger, discuter, voire faire la fête. Les enfants pourront jouer librement, apprendre les uns des autres, et palier au manque des dernières années. Nous allons pouvoir continuer de voyager, mais en pouvant nous appuyer sur le collectif pour proposer des activités différentes aux enfants, se former les uns les autres sur des compétences différentes, s’entraider. Bien évidemment, chacun reste libre, nous n’avons pas pour ambition de rester toujours ensemble. Certains mois, une famille pourra aisément partir dans un autre lieu et revenir plus tard si elle le souhaite. L’idée est plutôt qu’il y ait une continuité de voyage tout en se voyant très régulièrement et de pouvoir aisément construire des relations amicales stables. Le but n’est pas de rester un groupe français à l’étranger, mais bien de continuer à nous intégrer localement, sûrement différemment.

Nous avons opté pour la première destination pour le Sud du Portugal. Pour nous, c’était une évidence de retourner là où nous nous étions arrêté l’été dernier. C’est dans la tête mais je gardais un goût d’inachevé, de frustration et de retour trop précipité.

Lagos- Praia Da Luz

Le plus difficile a été de trouver où aller pour que chacun y trouve son compte, tout en respectant les critères de chaque famille. Certaines ont 2 enfants, d’autres 3, certaines ont un chien, d’autres préfèrent le bord de mer quand d’autres souhaitent les villages plus reculés, moins touristiques. Nos recherches auront été intenses. On a fouillé je pense un peu partout, dans les complexes touristiques comme chez les particuliers, gîtes, Airbnb, Co-living, en essayant de rester tous dans nos budgets respectifs. On a fini par trouver un camping dans l’Algarve, où nous pourrions être tous proches tout en profitant de notre mobil-home chacun. Même les camping-caristes pourront nous rejoindre.
Nous sommes arrivés il y a deux jours dans notre nouveau chez-nous pour deux voire trois mois.

Maintenant, place au Village Nomade et vive l’expérience !

A très vite
Muriel

PS : alors, vous en pensez quoi ????

France

► 242 [VLOG] : CONFINÉS EN FRANCE◄

Par le 17 novembre 2020

Comme tout le monde, nous sommes confinés depuis 15 jours. Je vous montre où nous avons atterri et comment nous vivons le confinement. Si vous nous suivez sur Insta, vous le savez déjà, on a eu le nez fin en louant ce gîte ^^ Entre balades en forêt, et…

Nomadisme

► 241 [VLOG] : RETOUR D’URGENCE EN FRANCE◄

Par le 9 octobre 2020

Pour ceux qui nous suivent aussi sur Insta, cette vidéo n’est pas une surprise, vous le savez : nous sommes rentrés fin Août en France pour des raisons familiales importantes. Pour ceux qui se disaient que cela faisait longtemps que je n’avais pas mis en ligne de vidéo, je…

AgoTrip
Au Portugal

Catégories